lundi 18 décembre 2017

Vers un nouvel avenir des métiers de l'archivistique ? Le records manager.

Sur son blog Transarchivistique, Marie-Anne Chabin [1] publiait le 11 décembre dernier un billet questionnant l'avenir de l'archivage.

"L’archivage est ce geste managérial qui conduit à mettre en sécurité les documents ou données qui engagent dans la durée, avec une règle de vie qui pilote leur qualité, leur stockage, leur pérennisation, leur accès et leur destruction un jour, au mieux des intérêts de tous" [2].
Marie-Anne Chabin souligne le fait que l'archivage reste un geste fort et rappelle les cinq exigences incluses dans la règle de vie d'une archive :

  • la qualité
  • le stockage
  • la pérennisation
  • l'accès
  • la destruction

Au-delà du domaine archivistique, c'est la question de l'archivage managérial, "records management" en anglais, qui est au cœur du sujet d'étude de l'auteur. Rappelons que l'archivage managérial répond à la question suivante : "comment faire en sorte que les documents qui engagent la responsabilité de l’entreprise soient identifiés, bien conservés, sécurisés et accessibles selon leur nature, pendant le temps nécessaire, tout cela au meilleur coût ?"[3].
Dans son billet, Marie-Anne Chabin alerte sur la déresponsabilisation et parfois une tendance à l'irresponsabilité de certaines entreprises concernant les questions d'archivage. Leur gouvernance de l'information ne pourra désormais plus se cacher derrière le fait qu'il vaut mieux un placard bien rempli. Le règlement général européen sur la protection des données personnelles (RGPD) devrait bousculer les habitudes. Le non-archivage et l'oubli d'élaborer des règles archivistiques (création, conservation et destruction) pour les données et certains documents contenant des données à caractère personnel pourront avoir un impact certain sur l'activité de l'entreprise puisque RGPD prévoit de fortes sanctions financières.

"L'archivage a-t-il de l'avenir ?", voici le titre du billet de Marie-Anne Chabin. Nous complétons ici sa réponse avec une offre d'emploi du Conseil départemental de Seine et Marne à la recherche de deux records managers se déclinant ainsi :
"Au sein du ser­vice pro­jets et appli­ca­tions métiers du social, le res­pon­sa­ble archi­vage ou « records mana­ger » assure la res­pon­sa­bi­lité de la maî­trise du cycle de vie des docu­ments et des pro­ces­sus docu­men­tai­res de la DGAS. Il défi­nit et met en œuvre en lien avec les archi­ves dépar­te­men­ta­les la stra­té­gie et les pro­cé­du­res per­met­tant à l’orga­nisme de disposer à tout instant du docu­ment ou de la donnée dont il a besoin pour conduire ses acti­vi­tés et se pro­té­ger des ris­ques juri­di­ques (exi­gen­ces léga­les et régle­men­tai­res, conten­tieux...), et de détruire des docu­ments et don­nées confor­mé­ment à la loi. Le ges­tion­naire archi­vage garan­tit la pro­tec­tion des docu­ments et des don­nées en fonc­tion des exi­gen­ces liées aux ris­ques et au pro­ces­sus qua­lité. Il par­ti­cipe également à la réus­site des pro­jets de déma­té­ria­li­sa­tion des dos­siers du social. Il est l’inter­face avec la Direction des Archives Départementales" [4].
Soulignons que l'inclusion de de la spécification suivante "se pro­té­ger des ris­ques juri­di­ques (exi­gen­ces léga­les et régle­men­tai­res, conten­tieux...), et de détruire des docu­ments et don­nées confor­mé­ment à la loi" semble faire particulièrement écho au rapprochement du délai de mise en conformité des entreprises en vue de l'application de la RGPD le 25 mai 2018 [5].

Il sera intéressant d'étudier dans quelques mois la proportion de ce type d'offre d'emploi. En 2015, une enquête sur l'insertion professionnelle des anciens diplômés en archivistique avait déjà mis en avant la part grandissante du profil du records manager en entreprise [6].



Notes et références

[1] Marie-Anne Chabin enseigne l’archivage managérial (records management) aux étudiants du master GSI (gestion stratégique de l’information) à l'Université Paris 8, UFR MITSIC, Département Sciences de l’information de documentation.

[2] CHABIN. Marie-Anne. L'archivage a-t-il de l'avenir ?. In Transarchivistique [en ligne]. Publié le 11 décembre 2017 [consulté le 18 décembre 2017] <http://transarchivistique.fr/larchivage-a-t-il-de-lavenir/>

[3] CAZENEUVE, R., CHABIN Marie-Anne. L'archivage managérial. Les Référentiels du CR2PA (Club des Responsables de Politiques et Projets d'Archivage), Novembre 2012. Disponible en ligne : [consulté le 18 décembre 2017] <http://blog.cr2pa.fr/wp-content/uploads/2013/03/CR2PA_Referentiel-Archivage-managerial.pdf>

[4] Site de l'Association des Archivistes de France. Catégorie : Emploi. Le Conseil départemental de Seine et Marne recrute : deux Records Manager (h/f). Publié le 13 novembre 2017, [en ligne, consulté le 18/12/2017] <http://www.archivistes.org/Le-Conseil-departemental-de-Seine-et-Marne-3311>

[5] FROCHOT, Didier. RGPD : 6% des acteurs en France aujourd'hui conformes. In site Les infostratèges.com. [En ligne], publié le 24 novembre 2017 [consulté le 18 décembre 2018] <http://www.les-infostrateges.com/actu/17112469/rgpd-6-des-acteurs-en-france-aujourdhui-conformes>

[6] AAF, Cofem, Collectif A8. Enquête sur l'insertion professionnelle des archivistes : synthèse et analyse des réponses. 2015. Disponible en ligne : [consulté le 18 décembre 2018] <http://www.archivistes.org/IMG/pdf/collectifaaf_enquete_insertion_pro_synthese_finale_20160908.pdf>

lundi 11 décembre 2017

L'intelligence artificielle est un outil

Un certain nombre de mythes et de peurs émaillent le parcours de l'intelligence artificielle depuis sa naissance dans les années 1950. Ces mythes ont nourri et continuent à nourrir récits et films de science-fiction en tout genre. Comme l'a démontré Olivier Ezratty, consultant en nouvelles technologies, dans un billet intitulé "Douze mythes de l'intelligence artificielle" (1), les idées reçues sont nombreuses dans ce domaine, et les discours volontiers alarmistes. 

Il y a cependant un véritable contraste entre ces discours et les applications concrètes de l'intelligence artificielle, en particulier en entreprise. Fred Cavazza, lui aussi consultant en nouvelles technologies, a montré dans son billet "l'intelligence artificielle est un outil informatique comme un autre"(2) l'apport de ces briques technologiques en tant qu'outils pour le marketing: ils permettent d'améliorer la capacité de traitement et les performances des actions marketing grâce à l'analyse de grands volumes de données avec des algorithmes auto-apprenants. Ceci permet entre autres de faire de la création de micro-segments, de la personnalisation de bannières, de la génération de contenus, de prévoir un pilotage des campagnes, de faire de l'analyse prédictive...

Comme le rappelle Fred Cavazza, les premiers résultats sont probants, mais demandent un certain nombre de pré-requis, les solutions à base d'intelligence artificielle étant particulièrement complexes à mettre en oeuvre. En effet, les algorithmes sont puissants mais nécessitent de gros volumes de données qui ne sont pas toujours disponibles, les solutions nécessitent un paramétrage particulier, donc un accompagnement non seulement du fournisseur mais également des équipes, les solutions sont difficiles à comparer entre elles, notamment face au discours des éditeurs...L'intelligence artificielle n'est selon l'auteur qu'une ressource informatique comme une autre, au même titre qu'une base de données par exemple. 

Elle n'est qu'un outil, sophistiqué certes, et qui permet surtout d'accroître les performances de l'entreprise, mais qui en aucun cas ne remplacera les marketeurs ou publicitaires. C'est en substance le même discours que tenait Olivier Ezratty dans son billet "Peut-on benchmarker l'intelligence artificielle?"(3), dans lequel il montrait que l'efficacité d'une solution d'intelligence artificielle, quel que soit le domaine d'action de l'entreprise, dépendait de la quantité et de la qualité des données que l'on place dans le moteur de machine learning. Selon lui le succès de l'adaptation d'une solution à base d'intelligence artificielle passait par l'élaboration d'un projet spécifique et par l'accompagnement spécialisé. 

Les applications actuelles de l'intelligence artificielle en entreprise permettent donc d'obtenir des résultats intéressants, qui n'auraient probablement pas été possibles avec des solutions "classiques" pour accroître les performances d'une entreprise, mais leur implantation est complexe et nécessite un grand nombre de données.


(1) EZRATTY, Olivier. Douze mythes de l'intelligence artificielle. Blog "Opinions libres", 29 septembre 2017. http://www.oezratty.net/wordpress/2017/douze-mythes-intelligence-artificielle/
[consulté le 11 décembre 2017]

(2) CAVAZZA, Fred. L'intelligence artificielle est un outil comme un autre. Blog "FredCavazza.net", 20 novembre 2017. https://fredcavazza.net/2017/11/20/lintelligence-artificielle-est-un-outil-informatique-comme-un-autre/
[consulté le 11 décembre 2017]
  
(3) EZRATTY, Olivier. Peut-on benchmarker l'intelligence artificielle? Blog "Opinions libres", 12 mai 2017. http://www.oezratty.net/wordpress/2017/peut-on-benchmarker-ia/
[consulté le 11 décembre 2017]



Featured Snippets: les extraits optimisés de Google

Depuis plusieurs mois, on a vu apparaître sur la page de résultats de Google les "Featured Snippets", traduit en français par "extraits optimisés" ou "extraits mis en avant".
Voici la définition donnée par le site definition-marketing.com (1) :

"Un featured snippet est un mode de présentation de résultat utilisé par Google et qui consiste à présenter dans un cadre spécifique une partie ou la totalité de la réponse correspondant à la requête de l’internaute au dessus des résultats organiques traditionnels. Lorsqu’un site figure en featured snippet on parle généralement de rang ou position zéro."

Ce développement récent dénote l’évolution de Google d’un moteur de recherche vers un moteur de réponses.

Les éléments que l’on rencontre le plus souvent dans les Featured Snippets sont les suivants : (2)

- un extrait de contenu pouvant se présenter sous différentes formes

- un titre extrait de la page remontant en position zéro

- l'URL de la page concernée

- une image issue du même site ou d'une autre source

L'intérêt de ces FS est évidemment une meilleure visibilité avec un impact important sur le trafic d’un site web. (3)

Dernière extension en date, Google vient d’ajouter plus d’images et de recherches connexes à l’intérieur des FS dans une volonté accrue d’apporter de nouveaux éléments de réponses directes à l’utilisateur. (4) (5)

Il apparaît donc important que les professionnels s'adaptent rapidement à cette évolution afin d’optimiser leur visibilité sur la toile. (6)

Sources :

(1) Site definition-marketing.com | https://www.definitions-marketing.com/definition/featured-snippet/ [Consulté le 11 décembre 2017]

(2) Doucet Raphaël | Recherche et Référencement | Featured Snippets ce que l’on sait… | Publié en juillet/août 2017 | http://portaildoc-intd.cnam.fr/GED_SUW/193344691152/featured-snippets.pdf [Consulté le 11 décembre 2017]

(3) Yonnet Philippe | Recherche et Référencement | Lettre mensuelle n°179 | Les FS : une nouvelle opportunité pour créer plus de trafic ? | p. 4-17 | Publié en mars 2016 | http://portaildoc-intd.cnam.fr/GED_SUW/192893591007/RR_mars_2016-no179.pdf [Consulté le 11 décembre 2017]

(4) Nguessan Noël | Arobasnet.com | Quand Google améliore le Search pour favoriser la découverte de contenu | Publié le 6 décembre 2017 | http://www.arobasenet.com/2017/12/google-search-ameliore-recherche-4325.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+arobasenet1+%28Arobasenet1%29&utm_content=Netvibes [Consulté le 11 décembre 2017]

(5) Andrieu Olivier | Abondance.com | Google ajoute plus d’images et de liens connexes aux Featured Snippets | Publié le 6 décembre 2017 | https://www.abondance.com/actualites/20171206-18703-google-ajoute-plus-dimages-de-liens-connexes-aux-featured-snippets.html [Consulté le 11 décembre 2017]

(6) Andrieu Olivier | Abondance.com | Attention les Featured Snippets arrivent sur Google France et ça pourrait bien changer la donne SEO ! | Publié le 13 avril 2016 | https://www.abondance.com/actualites/20160413-16444-attention-les-featured-snippets-arrivent-sur-google-france-et-ca-pourrait-bien-changer-la-donne-seo-2.html [Consulté le 11 décembre 2017]

lundi 4 décembre 2017

Blockchain : le bitcoin annonce-t-il la fin de la fraude à la carte bancaire ?

Pourquoi le bitcoin affole et séduit les marchés financiers ? En parallèle, les banques traditionnelles sont en train de contre-attaquer. N'y verraient-elles pas un signe annonciateur de la disparition de la monnaie fiduciaire ? Quelle technologie régit cette nouvelle monnaie ?

Une technologie nommée BLOCKCHAIN

Celle-ci utilise un protocole très sécurisé. Il se base sur le cryptage des données. En voici une définition [1] : « La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. »

Utilisation de la blockchain

Cette technologie s’utilise, essentiellement, de trois façons [2] : transferts d’actifs (monnaie, titres, actions), une meilleure traçabilité (des actifs et produits), exécuter automatiquement des contrats dits smart contracts.  Un modèle d’architecture technique pourrait se schématiser comme suit :


Figure-1 : Infographie issue du livre blanc [6] Comprendre la blockchain

D’autres applications de la blockchain

Grâce à la blockchain, un client [2] peut souscrire, par exemple, à une assurance conçue sous forme d'un smart contract. Dans le cas d'une assurance pour se couvrir contre un retard d'avion, ce contrat dit intelligent déclenchera un remboursement automatique une fois le retard constaté. Une autre utilisation de la blockchain est la création de la monnaie virtuelle : le bitcoin, monnaie dont les cours s'envolent actuellement.

Le bitcoin : opportunité ou menace pour les banques ?

A ce sujet, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, présent ce vendredi 01/12/2017 au Forum financier franco-chinois, a clairement attaqué [3] le bitcoin : « C’est un actif spéculatif. […] ceux qui investissent en bitcoin le font totalement à leurs risques et périls. » Les mêmes craintes ont été émises [4] par Jordan Belfort, ancien courtier américain. Il est à la base du personnage du film Le loup de Wall Street de Martin Scorsese. Ce risque viendrait aussi [5] du manque de réglementation du marché, d'après le SEC (U.S. Securities and Exchange Commission), l’organe de Régulation des Marchés Financiers Américains.

Blockchain : opportunité pour les fournisseurs de solutions logicielles !

Des marchés de biens et de services sont nés et se développent. Des poids lourds se sont intéressés à cette technologie : Microsoft, Oracle. Côté banque : UBS et IBM lancent une plateforme de trading financier : Batavia. Progrès technologique ou salade spéculative ?

Perspectives

Pour revenir à l'actualité qui a motivé ce présent billet de veille (à savoir : l'envolée des cours du BITCOIN), certains voient, dans cette monnaie virtuelle, une solution robuste contre la fraude à la carte bancaire. A méditer...

Si vous souhaitez suivre l'actualité du BITCOIN et de la BLOCKCHAIN
Actualités décembre 2017 et courant 2018

 

SOURCES

1 : Article « Qu’est-ce que la blockchain ? » sur le site de « Blockchain France » ; consulté le 04/12/2017 ; date de publication non communiquée ; URL : Définition de la Blockchain

2 : Journal Du Net (JDN) ; article : « Blockchain : définition et application de la techno derrière le bitcoin » ; consulté le 04/12/2017 ; mise à jour du 13/11/2017 ; URL : Bitcoin et Blockchain

3 : Site Web Europe1 ; article « La Banque de France alerte sur le caractère spéculatif du bitcoin » ; consulté le 04/12/2017 ; publié le 01/12/2017 ; URL : Bitcoin et spéculation

4 : Site Web Europe1 ; article « Pour le vrai "loup de Wall Street", lever des fonds en bitcoins est une vraie "arnaque" » ; consulté le 04/12/2017 ; publié le 24/10/2017 ; URL : Bitcoin, une arnaque selon le Loup de Wall Street

5 : Site Web Europe1 ; article « Le gendarme financier américain refuse un projet d'indice basé sur le bitcoin » ; consulté le 04/12/2017 ; publié le 13/03/2017 ; URL : Gendarme américain et Bitcoin

6 : Comprendre la Blockchain ; consulté le 04/12/2017 ; URL : Blockchain : Le livre blanc


POUR ALLER ENCORE PLUS LOIN SUR L'ASPECT TECHNOLOGIQUE

a : Site Web Microsoft ; article « Développez, testez et déployez des applications de type « blockchain » ; consulté le 04/12/2017 ; URL : Solution Blockchain chez Microsoft

b : Site Web Oracle ; article « Oracle Blockchain Cloud Service » ; consulté le 04/12/2017 ; URL : Solution Blockchain chez Oracle

c : Site Web IBM ; article “IBM, banking partners to advance new trade finance platform Batavia for global trade via air, land, sea” ; consulté le 04/12/2017 ; URL : IBM et sa plateforme Batavia



La neutralité du net, une question pas si neutre...

Réseau de réseaux, l'Internet a pour vocation de s'adresser à tous et d'être accessible par tous : c'est la "neutralité du Net". Ce principe de non-discrimination garantit que les fournisseurs d'accès à Internet ne limitent pas les communications de leurs utilisateurs, que ce soit en termes de contenus, de débit ou de destination, mais demeurent de simples transmetteurs d'information, afin que tous les utilisateurs puissent accéder au même réseau dans son entier, quelles que soient leurs ressources financières, leur pouvoir politique/économique ou leur origine géographique. 
Certains acteurs du monde du web considèrent que les droits d'auteur, d'une part, et le fait que l'Internet est dominé par un petit nombre de conglomérats cumulant la production et la diffusion de l'information, d'autre part, menacent cette neutralité du net [1][2]. En France, depuis la loi pour une République numérique du 10 octobre 2016, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) veille notamment à ce que cette neutralité soit respectée. Elle a d'ailleurs lancé, en 2017, un espace permettant aux internautes de signaler d'éventuels manquements [3]. 
Ce n'est toutefois pas le cas dans tous les pays du monde : les cas de la Chine ou de la Corée du Nord sont bien évidemment emblématiques en la matière. Mais certains pays pourtant démocratiques n'ont pas inscrit ce principe dans leur législation et l'idée y fait même l'objet de débats : par exemple en Suisse [4] !
La menace la plus importante à l'heure actuelle vient cependant des Etats-Unis, pays des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Dès son arrivée au pouvoir, Donald Trump avait en effet annoncé son intention de revenir sur le principe de neutralité du net adopté par son prédécesseur, faisant réagir associations et personnalités des médias pour le défendre [5]. Peine perdue : la Federal Communications Commission (FCC) a présenté, le 22 novembre, un projet d'abolition du principe de non-discrimination d'accès à Internet [6]. Ce projet aura automatiquement valeur de loi le 21 décembre, sauf si des députés s'en saisissent et que le Congrès vote son annulation [7]. Les associations et lobbies du net se mobilisent donc pour attirer l'attention de leurs élus et une manifestation est même prévue à Washington le 7 décembre [8]. 
Qu'en sera-t-il en France ? L'exemple états-unien fera-t-il école ? Si la décision du gouvernement Trump fait bien entendu le bonheur des grands fournisseurs d'accès à Internet et des GAFA, la réglementation européenne devrait normalement protéger les pays de l'Union européenne d'une telle évolution. Certains s'inquiètent néanmoins de l'influence normative que peut avoir un tel acteur sur la scène internationale [9]. 
L'Internet étant par définition mondial, nos voisins suisses, quant à eux, s'inquiètent de l'influence que ces changements aux Etats-Unis pourraient avoir pour tous [10].


Sources :

(1) "La neutralité du net", La Quadrature du net [en ligne] [consulté le 4 décembre 2017] <https://www.laquadrature.net/fr/neutralite_du_Net> 
(2) Réseau RITIMO, "Renforcer l'information indépendante et citoyenne dans le monde", Réseau associatif Ritimo [en ligne] 20 octobre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <https://www.ritimo.org/Renforcer-l-information-independante-et-citoyenne-en-France-et-dans-le-monde-1>
(3) "La neutralité de l'Internet", ARCEP [en ligne] 16 octobre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <https://www.arcep.fr/?id=9887>
(4) SCHWAAB Jean-Christophe, "Défendons la neutralité du net" [en ligne]. 12 juillet 2017 [consulté le 4 décembre 2017]. <http://www.schwaab.ch/archives/2017/07/12/defendons-la-neutralite-du-net-netneutrality/#more-2447>
(5) MANIERE Pierre, "Etats-Unis : bras de fer pour préserver la neutralité du net", La Tribune. [en ligne] 9 mai 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <https://www.latribune.fr/technos-medias/etats-unis-bras-de-fer-pour-preserver-la-neutralite-du-net-708644.html>
(6) GUITTON Amaëlle, "Les Etats-Unis vers l'Internet à deux vitesses", Libération [en ligne]. 22 novembre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <http://www.liberation.fr/planete/2017/11/22/les-etats-unis-vers-l-internet-a-deux-vitesses_1611829>
(7) Le Monde, "Aux Etats-Unis, les défenseurs de la neutralité du net se tournent vers le Congrès", Le Monde [en ligne]. 23 novembre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/11/23/aux-etats-unis-les-defenseurs-de-la-neutralite-du-net-se-tournent-vers-le-congres_5219285_4408996.html>
(8) LEDIT Guillaume, "Aux Etats-Unis, RIP Neutralité du net ?", Usbek & Rica [en ligne]. 23 novembre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <https://usbeketrica.com/article/etats-unis-fin-neutralite-du-net>
(9) LAUSSON Julien, "A quoi ressemblerait le web en France sans neutralité du net ?", Numerama [en ligne]. 12 juillet 2017, mis à jour le 22 novembre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <http://www.numerama.com/politique/275618-a-quoi-ressemblerait-le-web-en-france-sans-neutralite-du-net.html>
(10) GAUTSCHI Heidi et WADE Michael, "Washington annonce le démantèlement des règles relatives à la neutralité du net. Une menace ?", 24 Heures[en ligne]. 4 décembre 2017 [consulté le 4 décembre 2017] <https://www.24heures.ch/economie/sort-internet-dependil-etatsunis/story/16455145>

lundi 27 novembre 2017

Speed watching, speed reading: les «culturobèses»


La "révolution numérique" a profondément changé les usages en matière de culture et de loisirs. Dans un contexte d'hyper-offre, l'absorption accélérée de contenus sous toutes ses formes, engendre ce phénomène de culturobésité.  
      
Netflix ⇗
"Concernant la télévision, la délinéarisation des programmes a engendré de nouveaux modes de visionnage, ce que certains désignent comme l'empowerment du consommateur qui est de plus en plus en mesure de maîtriser l'organisation de son temps alors qu'il était, hier, captif des grilles de programmation." [1]  

Binge viewing, speed watching

Binge viewing ou marathon viewing ("visionnage boulimique" selon la Commission générale de terminologie et de néologie) est la pratique qui consiste à regarder la télévision ou tout autre écran pendant de plus longues périodes de temps que d'habitude, le plus souvent en visionnant à la suite les épisodes d’une même série [2]
Le speed watching est la pratique qui consiste à regarder les séries en augmentant la vitesse de défilement des images, regarder le maximum d'épisodes en peu de temps.

« L'intérêt pour ces deux pratiques est à mettre en lien avec la place des séries dans l'espace public, explique Claire Cornillon. On est face à une explosion de la médiatisation des séries ces dernières années, d'où un intérêt pour la manière dont les gens les regardent. On s'interroge désormais beaucoup plus sur la manière dont elles sont écrites, construites et reçues. » [3]

En quelques années, le phénomène de visionnage en rafale a atteint ses limites, car l’offre du secteur audiovisuel dépasse la capacité de consommation des téléspectateurs. « On fait comme les fabricants de chips. Ils ­ savent quels additifs mettre dans leur produit pour vous pousser à en manger encore plus. Nous, on fait en sorte que vous ­vouliez voir l’épisode suivant », ­déclarait, en 2013, Carlton Cuse, scénariste de la série Lost. [4] 
Face à cette avalanche informationnelle, l'injonction des pratiques sociales oppressantes et le besoin de se définir au travers de sa consommation culturelle, le téléspectateur est en panique.

Speed reading

« Lisez 500 pages par jour. C’est ainsi que se construit le ­savoir » une citation du milliardaire Warren Buffett. Mais tout le monde n’a pas forcément autant de temps à accorder à la ­lecture. Se cultiver plus en fournissant le moins d'efforts possible, telle est la devise de culturobèse.

Une multitude d'outils qui permettent de résumer des livres. Comme la Start-up Koober qui propose des condensés d'ouvrages "Koobs" ("books" à l'envers). D'autres, préfèrent prendre des raccourcis, comme se faire envoyer des anecdotes culturelles sur leur smartphone via le site Artips, à utiliser des applis de lecture rapide telles que Spritz.
Le ­culturobèse ne fait-il pas fausse route, confondant les patientes « humanités » avec le téléchargement sans limite de données ? « Avec Wikipédia s’est développée l’idée que le capital culturel était quelque chose qu’on pouvait acquérir presque par magie, ce qui est totalement faux. Pour réussir à constituer un ensemble de connaissances mobilisables, il faut suer sang et eau ! », confirme Jean-François ­Pépin, coauteur de l’excellent ouvrage 1 kilo de culture générale (PUF, 2014). [5]

Télévision, cinéma, radio, musique, lecture de livres, de journaux et de magazines, de bandes dessinées, sport, jeux vidéo, ordinateur, pratiques artistiques et écriture d’un journal intime... L’éventail des pratiques est large.
C'est donc plutôt une normalisation des comportements que l'on observe, dans laquelle le numérique occupe de plus en plus une place importante. [6]

Un agrégat de sujets différents : le "besoin d'avoir l'air", l'angoisse de ne pas pouvoir tout faire dans un monde trop rapide pour être efficace, et la facilité d'accès au savoir. Le monde change et notre pensée aussi. La culture se doit d'être proportionnelle à l'intelligence du sujet. Elle doit permettre de communiquer sa pensée et non pas la remplacer comme c'est trop souvent le cas.


Sources :



[1] CHARTRON Ghislaine, 2016, Édition et publication des contenus: regard transversal sur la transformation des modèles, in "publication, édition, éditorialisation", Editions De Bœck, 2016

[2] wikipédia - page «Bing watching». Disponible [en ligne] consultée le 27 novembre 2017.
URL: https://fr.wikipedia.org/wiki/Binge_watching

[3] Article sur Inaglobal, « Binge watching, speed watching : des pratiques qui changent les séries ?», [en ligne], mis en ligne le 25 septembre 2017, consultée le 27 novembre 2017. URL:
 http://www.inaglobal.fr/television/article/binge-watching-speed-watching-des-pratiques-qui-changent-les-series-9956

[4] Le Monde - page « Speed reading, speed watching, Wikipédia : la culture à grande vitesse ».10/03/2017 Disponible [en ligne], mis en ligne le 10 mars 2017, consultée le 27novembre 2017. URL:
[5]  Le Monde - page « Speed reading, speed watching, Wikipédia : la culture à grande vitesse ».10/03/2017 Disponible [en ligne], mis en ligne le 10 mars 2017, consultée le 27novembre 2017. URL:

[6] Pierre Mercklé et Sylvie Octobre, « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents », RESET [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 13 décembre 2016. URL: http://reset.revues.org/129 ; DOI : 10.4000/reset.129






Le système d'information de l'ONU : un pari réussi ?

Comment est fabriquée et gérée l'information dans une organisation gigantesque comme l’ONU, qui regroupe 193 pays, emploie plus de 50000 personnes, qui a 6 langues officielles, 6 organes principaux, des centaines de commissions et sous-commissions ? C'est le pari que l'Organisation tente de relever depuis 2010 avec la mise en place progressive du système UMOJA.


Si l'Organisation des Nations Unis, créée en 1945 a pour finalité de mettre fin à la guerre et promouvoir la paix, on oublie parfois qu'un autre de ses objectifs est de fournir une plate-forme de dialogues entre les peuples. C’est pourquoi dès 1946, l'organisation s'est dotée d'un Système d'Information, en même temps que la création du département Information. Au départ, il est surtout là pour promouvoir le travail de l'organisation, puis progressivement permettre une aide à la prise de décision en interne. Il aussi intégré les médias des époques (radio, télévision, internet...). Aujourd'hui, l'information proposée par l'ONU est énorme, et pour la plupart, accessible via des bases de données et des sites, le plus souvent en accès libre et proposée en 6 langues.


En l'an 2000, les limites du système ont fait jour : il est couteux, difficile à maintenir, peu adapté à un monde de plus en plus connecté, alors qu'en parallèle, les missions et les responsabilités de l'ONU explosent.

 "Les divers organes et institutions emploient 53 000 personnes (en dehors des missions et des forces de maintien de la paix), dont 9 000 pour le Secrétariat de l’ONU. On fait remarquer à l’ONU que c’est autant que Disneyland et trois fois moins que McDonalds ! Mais la comparaison n’est peut-être pas pertinente…" [2]

La solution a été de mettre en place une intégration du SI basé sur une suite de progiciels intégrés de type ERP (Enterprise Resource Planning), comme le font les multinationales, pour fluidifier la circulation de l'information, et une gestion des ressources humaines, et des flux physiques et financiers de l'Organisation [1].

L'unification de la plupart des sous-systèmes en un seul système est en passe d'être finalisée, comprenant l'interopérabilité des progiciels utilisés et la standardisation des données et formats. Baptisé de façon emblématique "UMOJA" [3], (qui veut dire unité en langue Swalhili), en référence à l'Afrique et sa contribution. 

Ce projet de modernisation s'est accompagné de nombreuses sessions de formation destinées aux utilisateurs pour une meilleure appropriation. Reste à évaluer l'impact qu'il aura sur l'action de l'Organisation en elle-même.


Sources :

[1] Mayamou, Pascal Kengué. Comment fonctionne le système d'information de l'ONU. The Conversation, Publié le 22 octobre 2017, http://theconversation.com/comment-fonctionne-le-systeme-dinformation-de-lonu-85437 [Consulté le 27 novembre 2017]

[2] Maury, Jean-Pierre. Le système onusien. Pouvoirs, 2004/2 (n°109). https://www.cairn.info/revue-pouvoirs-2004-2-page-27.htm [Consulté le 27 novembre 2017]

[3] Site UMOJA.https://www.unumoja.net/display/publicfrench/Information+de+base [Consulté le 27 novembre 2017]

[4] Video "Dessine moi la société" : A quoi sert l'ONU. Le Monde, Publié en 29 juin 2017, http://www.lemonde.fr/international/video/2017/06/29/a-quoi-l-onu-sert-elle_5152957_3210.html [Consulté le 27 novembre 2017]

Pour aller plus loin : 
[5] Bidan, Marc. La petite histoire de la grande transformation des systèmes d'informations. The Conversation, Publié le 23 mars 2017,https://theconversation.com/la-petite-histoire-de-la-grande-transformation-des-systemes-dinformation-de-gestion-70823 [Consulté le 27 novembre 2017]

[6] Fall, Papa Louis. Les politiques et les pratiques en matière d'information et de communication dans le système des Nations Unis. Rapport Corps Commun d'Inspection, ONU. Publié en avril 2015, https://www.unjiu.org/fr/reports-notes/JIU%20Products/JIU_REP_2015_4_French.pdf [Consulté le 27 novembre 2017]

lundi 20 novembre 2017

Fake news : initiatives et difficultés des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux  sont un vecteur essentiel de la diffusion de l'information. Leur influence est grande par le nombre de leurs utilisateurs, et la rapidité à communiquer sur l'actualité.  Il est donc nécessaire de faire attention à la véracité des articles et de trouver des solutions afin de lutter contre les "Fake News".

On entend par "Fake News" de fausses informations, relayées sur les réseaux sociaux ou par certains médias. Il est, cependant, difficile de trouver une définition satisfaisante de ce terme [1].

De nombreuses initiatives ont cependant été prises par les médias sociaux pour lutter contre les "Fake News" : indicateurs de confiance, vérificateur des sources, outils de "fact-checking", afin de vérifier si l'information et sa source sont fiables,  etc...

Nelly Lesage [2] montre bien cette volonté de se donner les moyens  de vérifier les faits ("fact-checking") en intégrant "un outil de vérification des sources mis au point par un consortium de journalistes. Cet indicateur prend la forme d'une icône indiquant si la source de l'information est réputée fiable." Il doit permettre à l'utilisateur de faire remonter l'information qui lui semble douteuse.

Le cas de Facebook est intéressant, compte tenu des difficultés pour faire la chasse aux articles douteux et à la désinformation. Son compte Facebook "Journalism Project" est un exemple de sa volonté d'impliquer les médias traditionnels, pour faire évoluer les usages et lutter contre la désinformation. Cependant, l'article du Guardian [3], repris par Ina Global [4] met en avant, ses difficultés, son manque de transparence sur le fonctionnement des outils utilisés, leur limite, leur efficacité et la difficulté à faire totalement disparaître les informations virales et à freiner la diffusion de fausses informations. Problèmes soulignés aussi par  Sylvain Rolland [5] qui montre bien que, si ces outils permettent de s'attaquer à la désinformation, ils  ne résolvent pas tout pour autant, laissant encore passer quelques fausses information entre les mailles du filet.

Pour l'instant, les résultats sont peu probants mais la voie reste ouverte à l'amélioration des outils.

Sources :
[1] Roland Gauron, «Fake news», un même terme pour plusieurs réalités, Le Figaro.fr, Service Infographie, 6 mars 2017, http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/06/01016-20170306ARTFIG00187-fake-news-un-meme-terme-pour-plusieurs-realites.php [Consulté le 23 novembre 2017]

[2] Nelly Lesage, "Google et Facebook lancent un « indicateur de confiance » contre les fake news", Numerama.com, 17 novembre 2017, http://www.numerama.com/tech/307104-google-et-facebook-adoptent-un-indicateur-de-confiance-contre-les-fake-news.html [consulté le 20 novembre 2017]

[3] Sam Levin, "Way too little, way too late': Facebook's factcheckers say effort is failing, The Guardian.com, 13 novembre 2017, https://www.theguardian.com/technology/2017/nov/13/way-too-little-way-too-late-facebooks-fact-checkers-say-effort-is-failing [consulté le 20 novembre 2017]

[4] Xavier Eutrope, "Zones d'ombre sur les initiatives de Facebook contre les fake news", Ina Global, Lu sur le web , 16 novembre 2017, http://www.inaglobal.fr/presse/lu-sur-le-web/zones-dombre-sur-les-initiatives-de-facebook-contre-les-fake-news [consulté le 20 novembre 2017]

[5] Sylvain Rolland,  "Facebook : derrière la communication, quelle efficacité contre les « fake news » ?, La Tribune.fr, 6 avril 2017, http://www.latribune.fr/technos-medias/facebook-derriere-la-communication-quelle-efficacite-contre-les-fake-news-680958.html [consulté le 20 novembre 2017]



La liberté sur Internet : Freedom House publie son rapport "Freedom on the net 2017"

Freedom House est une organisation non gouvernementale (ONG) fondée en 1941 et basée à Washington, dédiée au développement de la liberté et de la démocratie dans le monde. Celle ci vient de publier son rapport "Freedom on the net" [1] pour la 7ème année consécutive, dans lequel elle fait état d'un déclin de la liberté d'accès et de la liberté d'expression sur le net. 

Depuis 3 ans, la Chine est le pays où l'ONG constate le plus d'abus en terme de privation de liberté sur internet. 

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce recul général, parmi lesquelles : 
- l'accroissement du nombre de contenus retirés, bloqués ou censurés (à titre d'exemples, des propos portant atteinte au pouvoir en place ou à une religion) ;
- le développement des "lois de surveillance".

La réaction de la presse suite à la publication du rapport se concentre sur la "manipulation des réseaux sociaux par les États" [2]. 18 élections dans le monde auraient été marquées par une désinformation et une manipulation sur Twitter, Facebook ou Google, via des comptes automatisés. Ces pratiques ne seraient pas observées uniquement dans les régimes dictatoriaux [3]. 59% des internautes ne seraient pas totalement libres de circuler sur le net. 

La France fait partie des 65 pays étudiés par Freedom House dans le cadre de cette publication. L'ONG lui attribue une note de 26/100 (0 correspondant à une liberté totale et 100 correspondant à l'absence de liberté), la rangeant dans la catégorie des pays "libres"[4]. Les constats sont notamment les suivants [5] : 
- des communications auraient "fuité" sur Emmanuel Macron dans le cadre de la campagne présidentielle de 2017, afin de "déstabiliser la course" ;
- l'augmentation des demandes de suppression de contenus pro-terroristes ;
- l'introduction de nouvelles dispositions au sujet "de la neutralité du net et de la protection des données" dans la loi pour une République numérique de 2016.

Néanmoins, même si la France est considérée comme un pays "libre" selon le rapport 2017, elle connaîtrait un recul global de la liberté sur le net depuis plusieurs années. Elle s'était vue attribuer la note de 20/100 en 2013 et 2014.


Sources :

[1] Freedom House. Freedom on the net 2017. Novembre 2017. Disponible en ligne : [consulté le 20 novembre 2017] <https://freedomhouse.org/sites/default/files/FOTN_2017_Final.pdf>

[2] Lelievre, Adrien. La Manipulation des réseaux sociaux par les États s'industrialise. En ligne sur LesEchos.fr. Publié le 14 novembre 2017 : [consulté le 20 novembre 2017] <https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/030871237768-la-manipulation-des-reseaux-sociaux-par-les-etats-sindustrialise-2130062.php>

[3] Bilem, Vincent. Rapport alarmant d'une ONG : de plus en plus de pays manipulent les réseaux sociaux. En ligne sur lesinrocks.com. Publié le 14 novembre 2017 : [consulté le 20 novembre 2017] <http://www.lesinrocks.com/2017/11/14/actualite/rapport-alarmant-dune-ong-de-plus-en-plus-de-pays-manipulent-les-reseaux-sociaux-111008892/>

[4] Freedom House. Freedom on the net 2017 France. Novembre 2017. Disponible en ligne : [consulté le 20 novembre 2017] <https://freedomhouse.org/sites/default/files/FOTN%202017_France.pdf>

[5] Lausson, Julien. L'Internet en France jugé encore un peu moins libre qu'avant. En ligne sur numerama.com. Publié le 14 novembre 2017 : [consulté le 20 novembre 2017] <http://www.numerama.com/politique/306059-linternet-en-france-juge-encore-un-peu-moins-libre-quavant.html>

lundi 13 novembre 2017

L'IA ou "l'Enjeu du siècle"

60 ans après la parution de  La Technique ou l'Enjeu du siècle, un essai dans lequel Jacques Ellul traite du changement de nature de la technique dans la société, où la technique serait devenue "un processus autonome auquel l'homme est assujetti"[1], la question posée  n'a rien d'obsolète. Au contraire, le développement de nouvelles technologies et notamment celui de l'intelligence artificielle, nourrit des peurs et des inquiétudes sur l'avenir de l'Homme : sera-t-il finalement dépassé par la machine ? L'opinion public s'intéresse à cette question. 

Dans le sillage de la parution du rapport Anticiper les impacts économiques et sociaux de l'intelligence artificielle [2] en mars dernier, de nombreuses discussions, conférences et séminaires sur le sujet d'intelligence artificielle auront lieu en novembre et décembre : autant d’occasions de conjurer les peurs et d’y voir plus clair sur un sujet aussi en vogue que souvent mystifié. 

Dans le cadre des Entretiens du nouveau monde industriel 2017, l'Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l'esprit nous invite à participer les 19 et 20 décembre aux quatre sessions de discussions sur le sujet "Bêtise et intelligence artificielles" [3]. 

Du 13 novembre au 11 juin 2018, Antonio A. Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech (IIAC-CEM), propose un séminaire intitulé "Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques", où sera dressé "un panorama des études contemporaines les plus innovantes et les plus significatives dans le domaine des humanités numériques et de la sociologie des usages des technologies de l'information et de la communication"[4]. Plusieurs séances seront consacrées à l'intelligence artificielle : la séance inaugurale tout spécialement, animée par Antonio A. Casilli en personne le 13 novembre [5], et la séance du 2 février 2018, où l'invité Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie) traitera le sujet de "Singularité : les mythes transhumanistes à l'épreuve de la recherche sur l'intelligence artificielle".
Le 14 novembre l’Association pour le Développement de l’Informatique Juridique (l'ADIJ) organise une conférence sur le thème "Le corps, nouvel objet connecté ?". Dans le cadre de cette conférence David Gruson, membre du Conseil exécutif de la Chaire santé de Sciences Po PARIS, discutera du sujet "Les robots et l’intelligence artificielle vont-ils décider de l’avenir de nos corps ?" [6]
 
Une journée de formation (payante), également traitant les questions juridiques liées à l'intelligence artificielle, sera organisée le 29 novembre : il s'agit de deuxième édition Technolex sur le thème "Disruption digitale et le droit. Convaincre, rassurer, innover". Au programme : "4 ateliers le matin, 2 séances plénières l’après-midi, 7h de formation et plus de 30 intervenants."
 
Enfin, le 5 et le 6 décembre  GFII organise le forum annuel, consacré à l'intelligence artificielle : "Intelligence artificielle : mythes et réalités pour l'industrie de l'information spécialisée" [7]. Ces deux jours permettront de "mieux comprendre les impacts de l'IA sur l'industrie de la connaissance, et de de dépasser l'IA washing".
 
A vos agendas !

[1]  La Technique ou l'Enjeu du siècle, https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Technique_ou_l%27Enjeu_du_si%C3%A8cle [consulté le 13/11/2017]

[2] HINDI Rand, JANIN Lionel (dir.), Anticiper les impacts économiques et sociaux de l’intelligence artificielle, Paris : France Stratégies, 2017, en ligne http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/rapport-intelligence-artificielle-ok.pdf [consulté le 13/11/2017]

[3] Pour en savoir plus : http://arsindustrialis.org/entretiens-du-nouveau-monde-industriel-2017 [consulté le 13/11/2017]
 
[4] Pour en savoir plus : https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/240/ ; [consulté le 13/11/2017]

[5] CASILLI Antionio, A. "[Séminaire #ecnEHESS] Antonio Casilli : Intelligences artificielles et travail des plateformes (13 nov. 2017)" en ligne http://www.casilli.fr/2017/11/04/seminaire-ecnehess-antonio-casilli-intelligences-artificielles-et-travail-des-plateformes-13-nov-2017/ [consulté le 13/11/2017]
 
[6] Le programme de cette conférence : http://www.adij.fr/2017/10/28/conference-le-corps-nouvel-objet-connecte-mardi-14-novembre-2017/  [consulté le 13/11/2017]
[7] Pour en savoir plus sur ce forum : http://forum.gfii.fr/c/forum-du-gfii-2017

Travail nomade, réunion virtuelle avec quel outil ?

Aujourd'hui, le chef de projet est confronté au nomadisme de ses collaborateurs. Il lui est difficile de réunir l'ensemble de son équipe à un jour, heure et une salle donnés. La question se pose :  quel outil vais-je utiliser ?


L'outil collaboratif doit pouvoir créer une salle de réunion et inviter x collaborateurs en même temps avec un flux vidéo correct.
Deux outils  sélectionnés :

1   Daily :  un outil en ligne facile d'utilisation, qui vous personnalise le nom de la salle de réunion virtuelle permanente avec une adresse URL unique. Vous pouvez ajouter des nouvelles salles et vous pouvez choisir les modes d'accès de vos collaborateurs. De plus, c'est un outil gratuit. [1]


2 Team Talk :  un outil qui vous permet de tenir une réunion avec une adresse URL unique, et un simple lien suffit pour que vos collaborateurs se joignent à la réunion.  Mais celui-ci est fait pour un petit groupe. L'outil permet aussi de partager son écran, d'échanger des fichiers et un tchat.
 Cet outil est payant avec une tarification à la réunion ou par abonnement. [2]


Sources :

[1]  DAILY "réunions et appels en vidéo pour le travail collaboratif" by  · Published · Updated

[2] Team Talk "un espace de réunion en ligne pour le travail collaboratif" by · Published · Updated [consulté le 13/11/2017] . <https://outilscollaboratifs.com/2017/09/teamtalk-un-espace-de-reunion-virtuel-pour-le-travail-en-equipe/>


jeudi 9 novembre 2017

Les bibliothèques, des institutions cruciales dans nos communautés


Avec la montée en puissance du numérique et l'évolution des pratiques culturelles et des demandes sociales, les bibliothèques sont en constante mutation. A l'ère du Big Data, elles vont pouvoir se plonger dans la visualisation de données avec l'arrivée de la datavisualisation et communiquer efficacement sur leurs activités en n'oubliant pas la notion de service, rendu sur place ou en ligne, qui prend une place de plus en plus importante.

Comme en témoigne le blog de Christian Lauersen, directeur de bibliothèques danois, intitulé Le Laboratoire de la Bibliothèque (1), on assiste à la croissance de nouveaux lieux. Pour lui, "les bibliothèques sont associées à des espaces d'apprentissages, d'éducation, de recherche et d'activités culturelles".
Il vient de publier, le 17 octobre 2017, sur son blog, quelques réflexions sur la bibliothèque en tant que lieu et marque : Pourquoi viennent-ils ? (2). Il explique que les conditions pour les étudiants, et surtout dans l'enseignement supérieur, ont  radicalement changé au cours des dernières années. Ils ne viennent pas forcément dans les bibliothèques pour lire mais pour échanger. Christian Lauersen parle de "plateforme physique et mentale de dialogue entre les gens". L'objectif des bibliothèques est de répondre aux besoins de tous, de créer un pont entre les gens et les méthodes numériques.

En France, selon une étude menée par le ministère de la Culture (3), les bibliothèques municipales sont de plus en plus fréquentées par les Français et constituent un réseau culturel important.
Les 25 et 26 novembre prochains, le premier patrimoine de France, la BNF organisera sont deuxième Hackhaton (4) sur le thème de la musique dans l'objectif de partager et de parler de sujets autour du numérique.

Pour aller plus loin:
Je vous conseille vivement d'aller voir le film documentaire EX LIBRIS: THE NEW YORK PUBLIC LIBRARY, film reportage en séquences courtes de 3h37, sortie le 01 novembre 2017. Le spectateur s'immerge dans la plus grande bibliothèque de New York, la New York Public Library. Le réalisateur Frederick Wiseman, montre l'engagement inlassable de ces bibliothécaires au profit de la culture pour tous. 
Une bibliothèque à lire entre toutes ses lignes...


Sources:





L'Open Access Week célébrée par les universités à travers le monde


L'université de Cambridge provoque un raz-de-marée sur son site en partageant la thèse du célèbre astrophysicien Stephen Hawking

 Il y a dix jours s'achevait la dixième édition de l'Open Access Week [1]. De nombreuses universités, écoles supérieures, instituts de recherche, bibliothèques et organismes de financement mettent chaque année ces quelques jours à profit pour organiser séminaires, expositions ou tout autre événement dans le but de promouvoir le libre accès.
L'Université de Cambridge a décidé de participer à sa manière, par la publication sur son site de la thèse de Stephen Hawking [2], "Les propriétés des univers en expansion" rédigée en 1966 ; il était alors âgé de 24 ans. 
 L'idée était de porter l'attention sur l'augmentation croissante de la mise en ligne des publications de l'Université. Le projet s'est révélé être un succès, puisque la thèse aurait été téléchargée pas moins de 60 000 fois en à peine 24 heures et aurait fait grimper le trafic du site jusqu'à interrompre complètement l'accès pendant plusieurs heures, d'après un porte-parole de l'Université. Moins d'une semaine plus tard, ce chiffre était monté à 2 millions.
Stephen Hawking espère que ce geste "inspirera d'autres (chercheurs) à faire de même, pas seulement dans le but d'apprendre, mais aussi de partager la recherche". [3]
Cambridge, à l'instar de la plupart des universités dans le monde, participe également de manière plus classique, en organisant toute une série d'ateliers destinés à sensibiliser les chercheurs aux différents aspects de l'Open Access. 
Les scientifiques peuvent ainsi se former sur comment améliorer l'accessibilité et la reproduction de la recherche scientifique ou encore comment repérer un éditeur prédateur. [4]
Pour les plus curieux, la thèse est disponible au format PDF sur  Apollo, le site de dépôt des travaux universitaires de : https://www.repository.cam.ac.uk/handle/1810/251038


Sources : 

[1] International Open Access Week Website, [consulté le 9 novembre 2017] http://www.openaccessweek.org/
[2] NOISETTE Thierry, Open access: Cambridge partage ses publications, dont la thèse de Stephen Hawking, ZDNet, rubrique Blogs, 2017-10-29 [consulté le 9 novembre 2017]  http://www.zdnet.fr/blogs/l-esprit-libre/open-access-cambridge-partage-ses-publications-dont-la-these-de-stephen-hawking-39859258.htm
[3] BUSBY Mattha, Stephen Hawking's expanding universes thesis breaks the interne, The Guardian.com, rubrique Science, 2017-10-23 [consulté le 9 novembre 2017]
https://www.theguardian.com/science/2017/oct/23/stephen-hawkings-expanding-universes-thesis-breaks-the-internet
[4] University of Cambridge, rubrique Open Access [consulté le 9 novembre 2017]   https://osc.cam.ac.uk/open-access/open-access-week-2017


lundi 6 novembre 2017

Le dernier tweet de Jean-Michel Salaün - @JMSalaun1 -

Le 28 septembre 2017, Jean-Michel Salaün, Professeur dans différentes entités universitaires (Ecole normale supérieure de Lyon, ENSSIB, EBSI de Montréal...) connu pour ses apports scientifiques aux Sciences de l'information et de la documentation, signait un tweet rédigé de la manière suivante : "Comme promis, la postface à Vu, lu, su (dispo aussi sur hypothèses)   Dernier twt, adieu à mes followers." Ce "faux" dernier tweet car Jean-Michel Salaün continue à tweeter, nous interroge néanmoins sur le contenu de cette postface.

L'ouvrage Vu, lu, su est paru il y a cinq ans, en 2012 aux éditions de La Découverte. Son titre exact est : Vu, lu, su : les architectes de l'information face à l'oligopole du Web. Le document est vu grâce au développement du terminal mobile; lu en suivant un axe personnel et donc découpé en thématiques d'intérêt; su enfin grâce aux réseaux sociaux.  Dans cette postface, Jean-Michel Salaün annonce donc sa retraite académique. Cette postface est l'aboutissement de cinq années de réflexion après la parution de l'ouvrage. Le chercheur souligne les changements majeurs du web en un si court laps de temps : le développement des algorithmes, de l'intelligence artificielle, les conséquences de la réalité virtuelle, l'avènement de l'économie du partage, des outils nomades... Son intérêt cependant se porte particulièrement vers le document : l'ordre numérique documentaire est resté le même malgré les changements opérés. Quel est-il ?

L'organisation documentaire est toujours dominée par les "GAFTA" notamment Apple, Google et Facebook. Cette domination tend à se renforcer. Si la révolution documentaire a bien eu lieu, elle est très récente: "fin du siècle dernier et première décennie du nouveau millénaire", nous précise Jean-Michel Salaün. Sinon son caractère massif, ces transformations du document sont l'objet de cette postface. Il s'agit principalement de comprendre ce qu'est l'architecture de l'information et partant l'architecte de l'information. Ainsi le document est intrinsèquement lié à celui/celle qui le construit. Ce dernier connaît aussi bien l'organisation de l'information, le design que l'expérience utilisateur. Pourtant ces termes, essentiels aux yeux de l'enseignant-chercheur, sont peu usités dans le domaine académique ou de la formation. Jean-Michel Salaün le regrette et il reste persuadé que ces trois expertises sont au coeur de l'analyse informationnelle du document. Le concept d'architecture de l'information reste la réponse au défi de l'apparition du document numérique. L'ordre documentaire qui en émerge est ainsi dominé par le modèle de Facebook. Pourquoi ?

Facebook symbolise le partage de l'information et la plateforme est créatrice selon l'auteur, d'un nouveau genre de documents qui construit pour chaque communauté un imaginaire, une série de récits personnalisés. Or, cet imaginaire est à une échelle mondiale, devenu politique. Ce changement dont l'origine est l'échange de documents, fait vaciller le monde ancien. Le nouvel ordre documentaire se base sur un nouvel agencement des documents et donc de l'information. Les "industries de la mémoire", les géants du web, gèrent aujourd'hui une masse de documents comme jamais; ce que l'on nomme le Big Data. Une maîtrise de l'architecture de l'information, de la maison du web, serait un pas pour une régulation du nouvel ordre documentaire que Jean-Michel Salaün appelle de ses voeux.


Un appel pour la journée mondiale de l'architecture de l'information à Toulouse, le 24 février 2018 [consulté le 6 novembre 2017]. < https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdmebSS1ecukGJ-VPhmYQ62m_UiJWm8vZuw0soptTORZoAfHQ/viewform >

SALAUN, Jean-Michel. Vu, lu, su. Les architectes de l'information face à l'oligopole du Web. Paris : La Découverte, 2012. 151 p. Collection « Cahiers libres ». ISBN 978-2-7071-7135-1.



Test de lancement de la fusée Facebook: l'actualité impactée


Facebook déploie un test sur un fil secondaire d'actualité appelé "Explore Feed" dans 6 pays avec pour conséquence une chute observée de la consommation des contenus d'information. La fusée Facebook entraine le déclin de la consommation d'actualité ainsi disparue du fil du fil principal. The Guardian enquête le 25 octobre 2017 et tire les conclusions.
  
Fin octobre 2017, Facebook a lancé un test dans 6 pays - le Guatemala, la Bolivie, le Cambodge, le Sri-Lanka, la Serbie et la Slovaquie - sur son nouvel outil « Explore Feed » symbolisé par une petite fusée. "Explore feed" est un fil d’actualité secondaire.
Dans les 6 pays test, les abonnés Facebook doivent désormais chercher leur actualité dans cet outil car elle a disparu du fil principal de l’application.

Dans le fil principal ne subsistent que:
  • l'activité des amis, proches, famille etc.,
  • les contenus éditoriaux. 

Le 25 octobre 2017, The Guardian rassemble dans son article les observations d'éditeurs de contenus d'actualité [1]. Au Guatemala, le site "Soy 602" signale une chute spectaculaire de 66% de la consommation de ses articles [3]. En Slovaquie, une sélection des meilleures pages a perdu entre 2/3 et 3/4 de son audience [2].
En conclusion, les abonnées (désorientés) de Facebook ne sont pas allés chercher l'information dans le fil secondaire d'actualité "Explore Feed".


Les conséquences de ce test mettent en exergue la dépendance des éditeurs de contenus d'information à Facebook depuis 2014, préféré à Google News: " En quelques années, Facebook s'est ainsi imposé au point de devenir une source non négligeable de l'audience des principaux sites d'information" [3]. ainsi que la prévalence des réseaux sociaux comme moyens d'information " Rappelons à toutes fins utiles qu'une étude 2016 menée par l'université l'Oxford pour l'institut Reuters établissait que 51% des répondants utilisaient les réseaux sociaux pour accéder à l'information. Et que pour 28% des 18-24 ans, Fcebook et d'autres réseaux sociaux étaient même cités comme principale source d'information". [3]

Facebook par la déclaration de Adam Mosseri, vice-président du flux d'actualité [5], justifie ce test par la volonté de ne mettre en valeur et immédiatement disponible que l'activité et les expériences de nos amis et de "ranger" l'actualité dans une autre activité secondaire.

On observe cependant que cet outil, s'il est généralisé, peut contraindre les éditeurs d'actualité à sponsoriser leurs contenus pour ne pas disparaître, ce qui générerait une augmentation de source de revenus pour Facebook par la publicité [4]. Par ailleurs, dans un souci de fidéliser l'audience - toujours relatif à la publicité - l'outil "Explore Feed" mobilise l'activité des abonnés quelques instants supplémentaires car ils naviguent sur Facebook pour ouvrir leur fil d'actualité [4].

Enfin, une sélection par l'argent fragiliserait les petits éditeurs, parfois les plus indépendants,, qui diffusent une information libre participant au soutien de la pluralité de l'expression démocratique [1]

Pour l'heure, Facebook n'a pas déclaré son intension d'étendre le test à l'ensemble des pays à travers le monde.

Sources :


[1] HERN Alex. Downright Orwellian: journalists decry Facebook experiment's impact on democracy, in The Guardian, 2017-10-25 [consulté le 6 novembre 2017]. https://www.theguardian.com/technology/2017/oct/25/facebook-orwellian-journalists-democracy-guatemala-slovakia?CMP=share_btn_tw>

[2] STRUHARIK Filip. Biggest drop in Facebook  organic reach we have nerver seen, Medium.com,  2017-10-21, [consulté le 6 novembre 2017]. < https://medium.com/@filip_struharik/biggest-drop-in-organic-reach-weve-ever-seen-b2239323413>


[3] LEDIT Guillaume. Facebook mène une expérience préoccupante pour l'accès à l'information, Usbeck et Rica.com, 2017-10-31, [consulté le 6 novembre 2017]. < https://usbeketrica.com/article/facebook-mene-une-experience-preoccupante-pour-l-acces-a-l-information >

[4]  VINOGRADOFF Luc, Un test Facebook dans 6 pays met à mal l'influence de médias en ligne, Le Monde.fr/rubrique Big Brother, 2017-10-26 [consulté le 6 novembre 2017]. <http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/10/26/un-test-facebook-dans-six-pays-met-a-mal-l-influence-de-medias-en-ligne_5206497_4832693.html>

[5] MOSSERI Adam, Clarifying Recent Test, Media Facebook.com, 2017-10-23 [consulté le 6 novembre 2017].  <https://media.fb.com/2017/10/23/clarifying-recent-tests>