lundi 12 février 2018

Livres papiers ou livres numériques ?

Les livres numériques ont-ils pris le pas sur le livre papier ? 
Le livre électronique, édité et diffusé "en version numérique, disponible sous forme de fichier, qui peut être téléchargé et stocké pour être lu soit sur un écran, tel que celui d'un ordinateur personnel, d'une liseuse ou d'une tablette tactile, soit sur une plage braille, soit sur un dispositif de lecture de livres audio. Il peut également être lu en ligne."[1], est d'abord apparu avec le projet Gutenberg , dans les années 1970-1990. Ce projet était de créer une bibliothèque de livres numérisés en libre accès et de distribuer le livre sous une autre forme que le papier [2].

La création d'Amazon.com comme première librairie en ligne dans les années 1990 puis le lancement d'Amazon Kindle, qui permet au site marchand  de se spécialiser dans la lecture numérique alors qu'elle se concentrait jusque là  sur l'édition numérique en général, donne un nouvel essor au livre numérique. Les premières liseuses sont alors apparues avec notamment celle d' Amazon, le Kindle, fin 2007. 

Dés lors, la qualité de lecture sur liseuse s'améliorant, le livre numérique connaît un nouvel essor auprès du grand public, en particulier aux États-Unis, comme le montre Damien Leloup, dans son article du  Monde daté du 22 juillet 2010, "Le livre numérique a-t-il détrôné le livre papier aux États-Unis ?" [3]. Cependant, il montre bien que, si Amazon a un rôle prédominant pour les ventes de livres numériques, les achats de livres papier, loin de s’effondrer,  restent bien présents et que la domination du livre numérique est loin d'être acquise.

Le billet récent de Mathilde Serrell, sur France Culture [4] prolonge bien cette idée que le livre physique est loin de disparaître, bien au contraire. Si le livre numérique a connu un relatif succès à ses débuts,  il n'a pas rencontré, en France, en tout cas, le succès de vente escompté. Même aux États-Unis et en Grande-Bretagne, où malgré une forte croissance, le marché des livres numériques ne progresse pas. Le livre papier est ainsi apprécié par les plus jeunes, afin de se "reposer", de se déconnecter des écrans et des réseaux sociaux. 

Dominique Bona montre bien cette résistance du livre papier [5] et certains des avantages du livre physique par rapport au livre numérique : le coût du support de lecture, le prix du livre numérique par rapport au support papier. La prudence des éditeurs français mais aussi le maillage des librairies, les différentes animations organisées par libraires autour du livre, le prix unique, ont fait  beaucoup pour le maintien de l'offre papier, à la différence des États-Unis. L'article de Dominique Bona reprend aussi cette idée du confort immédiat que procure un livre papier, une fois acquis. Il montre aussi, en se basant notamment sur le Baromètre 2017 de l’offre de livres numériques en France de KMPG [6], que le marché du livre numérique est "tiré vers le haut" par certains secteurs comme les romans policiers  ou les best-sellers.  

Clément Solym, dans son article d'ActuaLitté[7], rejoint Dominique Bona sur la réserve des éditeurs concernant le livre électronique. Il met aussi en avant le développement de certains secteurs éditoriaux comme l'autoédition en citant l'article d'Antoine Oury[8] et le cas spécifique de Booken. Mais , même dans ce dernier cas, les difficultés sont bien là : Antoine Oury le montre bien [9] avec l'abandon de Carrefour, en 2018, de la vente de livres numériques et d'appareils de lecture sous la marque Nolim, mise en place avec la société française Bookeen depuis 2013.

L'offre du livre numérique avance donc lentement mais sûrement offrant aux auteurs un plus large public et un plus large choix aux lecteurs. Le marché du livre numérique cherche donc encore sa place, laissant, malgré tout, une part belle au  livre papier.

 Sources :

[1]Définition du livre numérique donnée par Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_num%C3%A9rique, [Consulté le 12 février 2017]

[2] Le projet Gutenberg, https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Gutenberg,
[Consulté le 12 février 2017]

[3] LELOUP, Damien, "Le livre numérique a-t-il détrôné le livre papier aux Etats-Unis ? " Le Monde.fr, 22 juillet 2010,  http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/07/22/le-livre-numerique-a-t-il-detrone-le-livre-papier-aux-etats-unis_1391006_651865.html [Consulté le 12 février 2017]

[4] SERRELL,  Mathilde, Le livre numérique a-t-il  encore un avenir?, 25 septembre 2017, France Culture, Le Billet Culturel, https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-culturel/le-livre-numerique-t-il-encore-un-avenir, [Consulté le 12 février 2017]

[5] Nora, Dominique, Pourquoi l'ebook n'a pas encore révolutionné le marché du livre, 26 novembre 2017, le NouvelObs.com, https://www.nouvelobs.com/economie/20171124.OBS7817/pourquoi-l-ebook-n-a-pas-encore-revolutionne-le-marche-du-livre.html [Consulté le 12 février 2017]

[6] Baromètre 2017 de l’offre de livres numériques en France, KMPG, Septembre 2017, https://assets.kpmg.com/content/dam/kpmg/fr/pdf/2017/10/fr-barometre-offre-livre-numeriques-2017.pdf [Consulté le 12 février 2017]

[7] SOLYM, Clément , Baromètre 2017 du livre numérique en France : l'offre augmente, doucement, 3 octobre 2017, Actualitté.com, https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/barometre-2017-du-livre-numerique-en-france-l-offre-augmente-doucement/85125 [Consulté le  12 février 2017] 

[8] OURY, Antoine, Le livre numérique semble saturer, mais l'autoédition démontre le contraire (Bookeen), 2 août 2017, ActuaLitté.com, https://www.actualitte.com/article/interviews/le-livre-numerique-semble-saturer-mais-l-autoedition-demontre-le-contraire-bookeen/84154 [Consulté le 12 février 2017]
[9] OURY, Antoine,  Carrefour met fin à l'offre Nolim, mise en place avec Bookeen, 24 janvier 2018, Actualitté.com, https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/carrefour-met-fin-a-l-offre-nolim-mise-en-place-avec-bookeen/86924 [Consulté le12 février 2017]

Aucun commentaire: